KIKO

« Ma quête artistique est de créer l’émotion qui va réveiller l’enfant enfoui dans chacun de nous » KiKo

Chaque toile de KiKo est une madeleine de Proust, rappelant l’enfant que nous avons été, interpellant celui que nous aurions aimé être, sublimant celui que nous serons toujours.

Peindre les réminiscences de l’enfance et créer l’émotion qui touche le cœur de chacun, voilà ce qui anime cet hypersensible qui a choisi symboliquement « KiKo », son surnom d’enfant comme nom d’artiste.

Manuel Fernandez, alias KiKo, est un artiste français né en 1985 à Martigues, dans cette commune proche de Marseille surnommée la « Venise Provençale » qui lui inspirera les couleurs solaires qui inondent nombre de ses œuvres. KiKo a un don inné pour le dessin et depuis son plus jeune âge, il n’a jamais cessé de dessiner. Dans l’atelier de son beau-père, artiste peintre, il se forme à la peinture sur toiles donnant une nouvelle vie à ses dessins et affirme rapidement son style artistique.

Ce sont les encres de Chine qui marquent KiKo et son ADN artistique.

Très rares sont les artistes qui maitrisent ce medium et s’ils le font, c’est sur du papier et des petits formats. KiKo, au contraire, joue de toutes les couleurs des encres sur des toiles de très grands formats.

Il en fait sa signature et donne aux encres de Chine un nouveau souffle très contemporain.

KiKo commence son œuvre par une esquisse au fusain, à main levée sur la toile, dans l’urgence de la création. Il s’applique à ce que son trait garde la simplicité et la pureté d’un dessin d’enfant.

Chaque dessin est unique, l’artiste n’utilise pas de pochoir. Les encres multicolores appliquées à coups de pinceau secs et rapides, emplissent l’esquisse au fusain et animent la toile.

Si la résine permet de donner de la puissance aux encres de Chine et apporte à ses toiles leur ultra-brillance caractéristique, KiKo nous rappelle aussi que l’essentiel se trouve toujours sous le vernis de l’apparence : « L’important, c’est l’enfant ! ».

S’il puise ses racines dans le Pop-Street Art, le style de KiKo s’inscrit aussi dans une filiation expressionniste et parle à tous avec immédiateté. En quelques années, les « Mômes de KiKo » sont devenus des grands voyageurs. De Hong-Kong, Shanghai, Miami, Los Angeles en passant par l’Europe, ils ont conquis tous les cœurs et font l’objet de nombreuses expositions dans des galeries et dans des salons d‘art contemporain.